VIA Don Bosco : 50 ans au service de l’éducation au Nord comme au Sud

26 décembre 2018 à 12:50

VIA Don Bosco : 50 ans au service de l’éducation au Nord comme au Sud

Depuis 1969, l’ONG Via Don Bosco œuvre sur des projets éducatifs « là-bas » et sensibilise « ici » les jeunes aux défis du développement. Le 50e sera fêté tout au long de l’année 2019 par différents événement. Demandez le programme !

 

VIA Don Bosco a été créée en 1969 par les salésiens de République Démocratique du Congo comme bureau d’études de projets éducatifs, afin de bénéficier des fonds d’aide au développement.

Cinquante ans après, grâce à une équipe dynamique, le « petit bureau » a beaucoup grandi, s’est adapté aux nouvelles donnes, mais reste fidèle à sa destination première : l’éducation – basée sur la confiance et le climat de joie, à la manière de Don Bosco -, et l’emploi, comme clés du développement durable. Il travaille sur deux plans : la coopération internationale, dans « le Sud », et l’éducation à la citoyenneté mondiale dans « le Nord ».

Son action

VIA Don Bosco a été active dans de nombreux pays, et notamment en Inde, où de nombreuses ONG et œuvres ont été créées et sont devenues autonomes. Actuellement, elle se concentre sur 6 pays d’Afrique francophone, dont le Congo RDC, et 5 en Amérique Latine, dont Haïti. Elle se prépare à se retirer des œuvres du Pérou et de l’Equateur prêtes à assumer leur destinée.

En Belgique, VIA Don Bosco propose aux écoles des animations à la citoyenneté, et des jeux pour sensibiliser les jeunes aux problématiques des pays du Sud. L’Organisation est fédérale et bilingue : elle s’adresse aux trois communautés de Belgique : Wallonie, Flandre et Bruxelles.

Les événements du 50e

Parmi les événements qui marqueront ce 50e anniversaire, il y aura, de février à juin, des soirées conférences en différents endroits, notamment à Liège et Huy. En avril 2019, des jeunes belges défavorisés participeront à un voyage d’échange en Inde. Du 4 au 6 octobre aura lieu un congrès auquel sont invitées une quarantaine d’ONG salésiennes de tous les continents. Les pays du Sud ont désormais la parole pour définir les actions qui leur conviennent en vue du développement durable.

International