Don Bosco Marseille fête la chandeleur

14 février 2019 à 1:25

Don Bosco Marseille fête la chandeleur

Tous les ans, le 2 février au lycée Don Bosco Marseille, une belle équipe de jeunes et d’adultes se constituent pour vivre une expérience forte. Levés très tôt, ils vont participer à la célébration de la Présentation à la basilique St Victor. Ils témoignent.

 

Vivre une aventure avec le Christ

La fête de la Présentation de Jésus au Temple, ou la Sainte Rencontre, associée à la Purification de la Bienheureuse Vierge Marie est une fête chrétienne. Elle est célébrée le 2 février, quarante jours après Noël. Cette fête correspond à la présentation de Jésus au Temple (Luc 2, 22-38) : « Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur ». 40 jours après Noël, nous voici réunis de nouveau pour une cérémonie.

En nous mettant à la suite de Jésus, nous comprenons que, à sa table, il y a une place pour tous, et donc pour chacun de nous. Non pas parce que nous sommes à la hauteur de son appel, mais parce qu’il nous aime. Jésus donne même la place d’honneur à ceux qui paraissent loin de Dieu ou qui se sentent loin de Dieu. Il propose son amitié à tous !

Et cette amitié que Jésus montre, nous pouvons aussi la vivre entre nous. Ceux qui aiment le Christ sur toute la terre forment à sa suite comme une grande communauté d’amitié.

« Le samedi 02 février, il est 3 heure 17 min, je reçois un SMS : « Coucou ! Je viens à la marche de Chandeleur ! Je suis désolée, j’ai oublié de te prévenir avant. A toute » Un autre SMS : « Je pars de la maison. Finalement, je viens. » Petit à petit, notre école se remplit d’invités : Mmes Demanceaux, Carle et Suzzoni ainsi que les parents d’élèves sont là. Les professeurs sont également au rendez-vous : Mmes Bosca et Enriquez-Vieu, Mme et M. Rouzet, Ms Capo et Orlando. Il y a aussi, bien entendu, des jeunes : Hélèna, Guillaume, Hugo et Amaury. Nous partons tous ensemble vers le vieux port. M. Fleter, directeur d’établissement, fait le pèlerinage avec nous.

Voici le témoignage des jeunes

Louise : «Ce que j’ai retenu de cette aventure, c’est la solidarité et l’amitié. »

Hélèna : « Une expérience très conviviale et très joyeuse avec du partage et de la bonne humeur. »

Guillaume : « Je suis venu pour l’originalité de la célébration. La petite marche nocturne était sympathique ainsi que la Messe. Ce que j’ai le plus apprécié ce sont les crêpes à l’école préparées par une professeure.»

Amaury : « J’ai trouvé qu’il y avait du monde et que c’était bien organisé. La Messe était longue mais j’ai bien aimé les chants et elle était bien adaptée aux jeunes. »

Les adultes ont partagé leur impression

Nicolas : « Je suis venu par curiosité, par foi et par amitié. Il faut se lever tôt mais dans tous les cas, la marche nous « réveille ». »

Céline : « Ce que j’apprécie, c’est le sentiment de bien-être, de quiétude et de sérénité. Ce que j’ai retenu de cette aventure, ce sont les chants, les rencontres avec les jeunes, les parents de l’APEL, la fraternité, la bonne-humeur. »

Pascale : « Très belle procession, c’était beau de voir toutes les générations confondues et de voir toute cette jeunesse très investie. »

Elargir notre amitié à tous

En sortant de la Messe, nous voyons des militaires qui sont aux quatre coins de la rue. Nous allons vers eux comme Don Bosco autrefois et nous leur proposons des chocolats chauds mais la réponse était négative. Nous continuons notre dialogue comme Don Bosco pendant sa rencontre avec Barthelemy Garelli. Nous posons la question à un des légionnaires :

  • « D’où viens – tu ?
  • Mon régiment est de base en Corse.
  • Mais pourquoi vous êtes-vous engagé dans la légion ?
  • Parce que je voulais vivre une vie d’aventure. Je ne suis pas né pour faire le lave-vaisselle et le ménage. Je voulais faire de ma vie une belle aventure.
  • En vous engageant dans l’armée française, votre vie est-elle plus facile ?
  • C’est vrai que ce qui m’a attiré à la légion, c’est que nous avons des missions très dangereuses et que l’esprit de famille règne.
  • L’armée française travaille le week-end, c’est dur ?
  • C’est vrai mais l’ordre c’est l’ordre. C’est tout. On ne se pose pas de questions. Et vous savez, quand on est étranger, on doit travailler deux fois plus que les autres (en rigolant). »
  • Nous remercions le légionnaire pour sa présence et nous souhaitons être des jeunes de paix, pas de guerre. »

Oeuvres salésiennes