FestiClip – Le choc des images, le pouvoir des mots

23 juin 2017 à 5:30

La douzième édition du FestiClip, festival salésien de vidéo-clips pour les 15-20 ans, s’est tenue à Lyon, fin mai. Dix films concourraient, venus de France, de Belgique et du Portugal. Ces clips ont pour objectif de nourrir la réflexion d’autres jeunes et des outils d’animations pour des éducateurs ou animateurs.

 

« The power of words » : le prix du jury pour l’Institut Lemonnier de Caen 

Sur www.festiclip.eu 

  • Les films – à visionner et à télécharger
  • Dossier d’inscription pour le prochain FestiClip 2018
  • Vous ne savez pas manier une caméra ? Les jeunes savent le faire, demandez leur !

Façon blockbuster, les super héros ont débarqué pour la première fois au FestiCLip. « The power of words » tourné par l’équipe de l’Institut Lemonnier de Caen a obtenu le prix du public. C’est avec beaucoup d’humour que leur scénario met en compétition Superman, Spiderman et… Jordan, élève lambda, outsider inattendu. Ces trois personnages doivent se débarrasser d’une bande de jeunes voyous agressant lâchement un handicapé. A des méthodes, plus ou moins musclées, s’oppose une stratégie plus douce prônée par Jordan : le dialogue. Une façon astucieuse de démontrer le pouvoir des mots.

Cette fiction bien conduite peut amener des jeunes à réfléchir sur le rôle du dialogue comme meilleure façon de résoudre des situations conflictuelles.

 

Le Campus de Pouillé primé par le public avec son film « Et si on en parlait ! »

Le prix du jury rejoint la même thématique de l’importance d’une parole libératrice venant au secours de moments de grande tension. Il a été accordé au Campus de Pouillé pour son film « Et si on en parlait ! ».

Une jeune fille, Laura, vit mal une situation où elle est prise entre un père alcoolique et la maladie très grave de sa maman hospitalisée. Elle se replie sur elle-même et se coupe du reste de la classe. Certains camarades font des efforts pour renouer le dialogue ainsi qu’une éducatrice, mais ils se heurtent à une fin de non-recevoir teintée d’agressivité. Jusqu’au jour où un garçon, prudemment, trouvera la juste attitude. Alors la parole se libère permettant à Laura de vivre mieux et de rompre avec la solitude et le sentiment d’exclusion.

La thématique rejoint le vécu de nombreux jeunes. Un tel film peut aider un groupe à dialoguer, à repérer des situations similaires et à réfléchir aux attitudes positives à adopter.

Depuis l’année dernière, le prix du clip étranger a vu le jour. Cette année, il a été remis aux Portugais pour leur clip « Avis de Recherche ».
 

« Démocrasie » du Valdocco de Nice et « Sous nos peaux » du Valdocco de Lille

Citons cependant encore deux films : « Sous nos peaux » du Valdocco de Lille où un groupe de filles prennent la parole pour dire ce qu’elles vivent et leur rêve, ainsi que le clip du Valdocco de Nice « Démocrasie » où une classe turbulente se débat avec le mot démocratie.

De tels films correspondent bien aux objectifs du FestiClip : rejoindre les jeunes dans ce qui les préoccupent et fournir des outils susceptibles d’aider à la réflexion et à l’action. Ils ont toute leur place dans la collection D’clic qui veut offrir de tels moyens aux éducateurs

Sur le site www.festiclip.eu vous retrouverez bientôt ces films et à la prochaine rentrée le dossier d’inscription pour le prochain FestiClip. Car, pourquoi n’apporteriez-vous pas votre propre brique à la construction de cette belle salle virtuelle de cinéma dédiée aux jeunes ? Vous ne savez pas manier une caméra ? No problem, les jeunes savent le faire.

 


le « Clin d’œil à la créativité »

 
Award du meilleur film étranger

 

 

 

 

 

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd’hui….

  • Le FestiClip 2016 se met à l’heure européenne
  • « De ceux… » avec Fauve
  • Réaliser un clip… pour le Festiclip, témoignage d’une animatrice
  • La vocation pédagogique du Festiclip

Oeuvres salésiennes