Lancement de GOFASSS : mutualiser la formation sociale et sanitaire et garder la « fibre » salésienne

16 décembre 2017 à 1:56

Au lycée Don Bosco de Lyon, le 28 novembre 2017, les formateurs des organismes de formation du réseau « Don Bosco Action Sociale » ont participé au lancement de GOFASSS, le Groupement des Organismes de Formation Action Sociale et Sanitaire Salésiens. Interview de Jean-Michel Mari, directeur du Lycée Don Bosco et de l’Institut St Laurent, membre du comité de pilotage.

 

D.B.A. : Pourquoi avoir lancé GOFASSS ? A quel besoin répond-il ?

Jean-Michel Mari : En France, l’environnement de la formation professionnelle change, notamment sur les exigences de qualité et les financements. Dans le réseau Don Bosco de France, il y un nombre significatif d’organismes de formation sanitaire et sociale qui partagent les mêmes problématiques et les mêmes demandes. Or, il devient difficile de répondre individuellement à celles-ci. En se regroupant, nous cherchons à répondre ensemble à des problématiques communes. Nous pourrions concevoir ensemble des modules de formation comme par exemple sur l’autisme, l’accompagnement de personnes porteuses d’handicap, Alzheimer… C’est d’autant plus une richesse si nous partageons ces problématiques avec la même « fibre » salésienne. Ainsi nous pouvons nous différencier d’un institut lambda par notre spécificité et par notre pédagogie salésienne.

D.B.A. : Quel est l’enjeu ? Est-ce pour survivre dans la formation ?

Jean-Michel Mari : GOFASSS est fait pour un travail en famille salésienne et pour se nourrir mutuellement. Ainsi, chaque organisme de formation peut entretenir ces partenariats tout en s’appuyant sur le réseau Don Bosco. On peut même espérer que chaque organisme puisse transférer des demandes à un autre organisme du réseau : cela peut être une perte pour l’organisme, mais c’est un bien pour la famille salésienne.

L’enjeu est de proposer une formation de qualité avec la couleur salésienne. Et c’est l’enjeu principal ! Les réformes sur le financement des formations nous font traverser une tempête. Le défi de GOFASSS va bien au-delà d’une survie simplement financière. Les organismes salésiens répondent déjà sur leur territoire à des besoins de formation. Mais en s’enrichissant mutuellement de nos expertises, nous pourrons mieux y répondre.

D.B.A. : Pourquoi inviter les formateurs de l’action social et sanitaire ?

Jean-Michel Mari : L’idée de travailler ensemble était déjà discutée depuis un an. Nous avons validé une convention cadre entre les directeurs et présidents des organismes de formation pour permettre cette mutualisation. Mais il fallait « descendre sur le terrain ». Car GOFASSS ne fonctionnera que s’il y a une communauté de formateurs et d’acteurs qui travaillent ensemble. Cette rencontre de formateurs veut créer une cohésion et une dynamique de réseau au niveau des équipes. On peut même espérer une habitude, un réflexe : si un formateur ou une équipe est en recherche de compétences, il peut appeler les formateurs ou équipes des autres organismes pour y réfléchir ensemble ; si pour une session de formation, il faut un formateur avec une compétence spécifique, il peut être trouvé au sein du réseau… allons voir dans nos maisons nos potentiels !

En cherchant nos formateurs dans nos centres de formation et même parmi le personnel éducatif, nous avons une capacité d’innovation énorme en termes d’éducation et de pédagogie, avec la couleur salésienne ! Cette innovation peut être au service de nos formations, autant de notre personnel que de nos destinataires.

 

 

Propos recueillis par Sébastien Robert, sdb

 

La journée de lancement de GOFASSS 

La journée de lancement a regroupé une quarantaine de participants :

  • les formateurs des organismes constituant GOFASSS (Cf. encadré à gauche)
  • quelques autres structures invitées (Lycée Don Bosco Giel, La Salésienne à Saint Etienne, Don Bosco Hornu…)
  • les pilotes du réseau « Don Bosco Action Sociale »
  • les pilotes de la « Tutelle » des établissements scolaires
  • les délégués et responsables des salésiens et salésiennes de Don Bosco.

Trois interventions dans la matinée :

  • La présentation de GOFASSS par Jean-Michel Mari
  • « La spécificité de la formation dans la perspective salésienne » par Jean-Marie Petitclerc,
  • « Les enjeux de la formation en Travail Social aujourd’hui » par Maryse Bastin Joubard, directrice générale de l’ESSSE (Ecole Santé Social Sud-Est).

L’après-midi, les formateurs et représentants des organismes de formation ont travaillé leurs attentes et leurs potentiels en petits groupes, afin de permettre la découverte de chacun.

 Le réseau Don Bosco

Aujourd’hui, les œuvres salésiennes, sur le territoire des provinces de France et Belgique-Sud, ce sont deux réseaux, les établissements scolaires et le « maisons » d’action sociale, soit :

  • 51 établissements scolaires, dont certains avec des formations sociales et sanitaires,
  • 53 structures ou établissements d’actions sociales.

Les écoles salésiennes sont accompagnées dans le réseau par la tutelle. Depuis janvier 2017, les structures d’action sociale se sont regroupées en un réseau « Don Bosco Action Sociale ». Le Groupement des Organismes de Formation Action Sociale et Sanitaire Salésiens (GOFASSS) est sous l’autorité de « Don Bosco Action Sociale » pour créer une dynamique salésienne dans le secteur de la formation professionnelle dans les champs éducatifs de l’action sociale, du médico-social et de la santé. Un comité de pilotage coordonne son activité, notamment pour permettre l’organisation de journées d’étude et de groupes de travail. Un comité scientifique est en cours de constitution pour asseoir la recherche.

GOFASSS regroupe aujourd’hui :

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd’hui….

  • Le réseau Don Bosco Action Sociale est né !
  • 20 jeunes en formation de « Secouristes pour la paix »
  • Formation sur les fondements : « C’est un souffle quand on rentre dans notre établissement. »

Oeuvres salésiennes