Question éducation : la confiance « Sans affection pas de confiance. Sans confiance, pas d'éducation. » Ce slogan, repris dans toutes les institutions salésiennes, constitue le meilleur résumé de la pensée pédagogique de Don Bosco.

 

 

 

Tous les travaux actuels, menés sur le thème de la résilience, confirment que la capacité de changement d'un jeune, engoncé dans des conduites de récidive, est liée à la rencontre d'un adulte qui a su porter sur lui un regard de confiance, ne l'enfermant pas dans son passé.

 

Confiance et estime de soi

Les adolescents qui ont le plus de mal à faire confiance sont ceux qui ont une très mauvaise estime d'eux-mêmes. La première chose, c'est de permettre à l'enfant de reprendre peu à peu confiance en lui-même. Pour Jean Bosco, c'est seulement lorsque l'enfant prend conscience de ses savoir-faire qu'il devient capable de les enrichir.

 

Et c'est en prenant peu à peu confiance en lui-même qu'il apprendra à faire confiance. Une telle confiance ne peut être que réciproque. On ne peut avoir confiance qu'en quelqu'un qui a confiance en vous. Et pour Jean Bosco, c'est à l'éducateur de faire le premier pas : n'attends pas que le jeune te fasse confiance pour lui faire confiance.

 

« On peut fonder le pouvoir sur la menace,
on ne peut fonder l'autorité que sur la confiance. »

 

 

La confiance n'est pas aveugle

Question éducation : la confianceUne telle confiance ne doit pas être aveugle. Car, comme le souligne Xavier Thévenot, faire confiance peut ne pas être constructif. « Tout d'abord, c'est le cas si la confiance se fonde sur les seules indications des affects ou des sentiments. Comme on dit familièrement : « Lui ? Il a une tête qui me revient. Je peux lui faire confiance. ! » Une telle façon de réagir peut faire le jeu des tentatives de mauvaise séduction. Ensuite, la confiance doit être modulée en fonction de la maturité et des capacités des personnes à qui elle est adressée. Par exemple, confier à un enfant de douze ans des responsabilités qui sont normalement dévolues à la mère ou au père, c'est l'écraser, c'est le priver d'une évolution normale, c'est engendrer en lui des difficultés psychiques qui se manifesteront un jour ou l'autre. De même, accorder aveuglément sa confiance à un adolescent, comme s'il n'éprouvait pas à cet âge une sorte de nécessité interne de s'opposer à ses éducateurs et de transgresser certains interdits, c'est risquer de le rendre trop dépendant du regard de qui lui fait confiance. »1 Les « actes de confiance » qui doivent tenir compte de la maturité du jeune et des circonstances.

 

Une confiance fondée sur la raison

Pour Don Bosco, une éducation fondée sur la confiance, c'est une éducation basée sur la raison. L'éducateur est toujours convaincu que le jeune, doué de raison, est capable de comprendre là où se trouve son intérêt. C'est sur cette conviction que repose le système préventif.

 

Il est en effet, nous dit Jean Bosco, deux manières d'éduquer un enfant, soit en le dissuadant (c'est la méthode répressive), soit en le persuadant (c'est la méthode préventive). Une illustration sera plus éclairante qu'un long discours.

 

Imaginez votre enfant de quatre ans intéressé par approcher ses doigts d'une prise de courant. Face à cette attitude, deux discours sont possibles. Le premier : " Si je te vois approcher les doigts de la prise, tu vas voir la raclée que tu vas prendre !" L'enfant ne touchera pas la prise par peur de la réaction. C'est la prévention dissuasive. Deuxième chemin possible : "Tu te souviens, la dernière fois que tu as approché la main de la cuisinière électrique, combien tu as eu mal. Eh bien, si tu mets les doigts dans la prise, ta douleur sera encore plus grande !" L'enfant ne touchera pas à la prise car il a compris qu'il y allait de son propre intérêt. C'est la prévention persuasive.

 

« La prévention persuasive demande
beaucoup de temps et de disponibilité »

 

 

Ces deux formes de prévention, loin de s'exclure l'une l'autre, sont en fait complémentaires. Car, en cas d'échec de la seconde, il faut recourir à la première. Mais, seule la seconde est véritablement éducative, car elle permet l'intégration de la règle.

 

La prévention persuasive demande beaucoup plus de temps et de disponibilité. Dialoguer, mettre l'autre en confiance, comprendre ses raisons, afin qu'il sache puiser la force de se lancer dans le dialogue.

 

Ce dont manque le plus grand nombre d'adolescents en difficultés, ce n'est peut-être pas tant d'adultes qui leur proposent leur aide (certains ont rencontré une kyrielle de psy !), mais d'adultes capables de leur dire : « J'ai besoin de toi. »

 

Tel est le message fort que savait si bien faire passer Don Bosco.

 

Jean-Marie PETITCLERC
Salésien de Don Bosco
Auteur de nombreux livres sur l'éducation
Editions Don Bosco

23 octobre 2015

 

 

 

 

1 : Xavier Thévenot, Une pensée pour des temps nouveaux, éditions Don Bosco, septembre 2005, p.91-92 <revenir à la source>

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite