La chicha, c’est sympa… mais bonjour les dégâts

14 avril 2014 à 7:58

La chicha, c’est sympa… mais bonjour les dégâts

J’ai trouvé dans le blouson de mon fils de quinze ans une pochette de tabac pour narguilé et du papier aluminium. Je dois avoir une mise au point avec lui, mais comment m’y prendre ? Réponse de Jean-François Meurs, sdb, éducateur à Farnières. 

 

 

 

 

La chicha séduit de plus en plus les jeunes. Elle circule de bouche en bouche dans une ambiance exotique. La cigarette a désormais une image négative, les campagnes anti-tabac ont eu, malgré tout, un certain impact. Le narguilé bénéficie d’une image positive auprès des ados : il comble le goût des jeunes à cocooner en groupe, et en plus, il les démarque des adultes nettement moins nombreux à se livrer à cette pratique.

 

Il faudra d’abord que votre fils accepte de vous écouter. Si le dialogue est une pratique familiale, ce sera plus facile. Surtout s’il sait qu’il ne sera ni jugé ni banni. Il est bon qu’il sente que vous faites cela dans son intérêt réel, par affection sincère.

 

La chicha, est-ce nocif ?

Certains adolescents nient la nocivité. Ils expliquent que la fumée est filtrée par l’eau, que ce sont essentiellement des extraits de fruits ; certains affirment même qu’il n’y a pas de nicotine ! Vous devrez donc l’informer : ce n’est pas l’avis de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l’Office Français de Prévention du Tabagisme (OFT) qui mettent en garde. Tout ce que l’on trouve sur internet à ce sujet parle de réels dangers pour la santé, et on ne trouve pas de discours faisant l’apologie de cette pratique : ceci n’est pas une preuve, mais un indice.

Le premier danger vient de l’embout que l’on fait circuler entre toutes les lèvres : un bon vecteur de transmission de l’hépatite et l’herpès. Le second concerne le tabagisme : comme la fumée est filtrée par l’eau, elle irrite moins la gorge. Conséquence, on en aspire de plus grosses bouffées. Cette fumée contient de la nicotine, des goudrons, du monoxyde de carbone. Une bouffée est l’équivalent d’une cigarette et une séance d’une heure revient à avaler deux paquets. Les cancers des voies respiratoires et les maladies cardio-vasculaires ne sont pas un risque mais une certitude. Faites remarquer à votre enfant qu’en pleine croissance il est plus vulnérable qu’un adulte. Cela diminue ses performances sportives, et il est touché dans sa sexualité.

 

Parents, êtes-vous convaincants ?

Ce qui pourrait séduire le jeune, c’est l’argument de sa liberté : n’est-il pas fort dépendant de l’avis de ses copains, n’osant pas manifester sa personnalité ? N’est-il pas piégé par la publicité qui aguiche par tous les moyens : aromatiser avec des saveurs qui plaisent et donner au produit des noms anodins. Il reconnaîtra peut-être que cette pratique est la porte ouverte au tabagisme et à des pratiques plus dangereuses : corser en ajoutant du cannabis ou en mettant de l’alcool au lieu de l’eau… Or, le tabac, l’ambiance et l’influence du groupe affaiblissent la volonté propre. Faites-lui comprendre qu’il faut du caractère pour résister et ne pas se laisser embobiner. Ainsi, il aurait une conduite responsable à l’égard de ses amis non fumeurs.

 

Etes-vous crédibles ?

Cet argument n’est évidemment valable que si vous-mêmes vous êtes crédible en étant un consommateur responsable dans tous les domaines. Les jeunes sont parfois très habiles à vous remettre en question. Ils peuvent insinuer que vous êtes, vous aussi, sous influence : n’auriez-vous pas parfois tendance à boire, fumer, prendre des médicaments sans consulter le médecin… ? Votre crédibilité de parent est en jeu ! Ce sera votre parole qui veut son bien contre celle des marchands qui ne s’intéressent qu’à son argent.

 

Quoi qu’il en soit, refusez que cette pratique se fasse chez vous. Par contre, faites comprendre que votre maison est toujours ouverte aux copains et copines pour faire de la musique, pratiquer des jeux de société, ou simplement squatter le salon et commenter à l’infini tout ce qui est important à cet âge.

 

Jean-François MEURS
Educateur, responsable des formations
au Centre salésien de Farnières
24 avril 2014

 

Education