Maman Marguerite 220x232François Bosco, paysan des Becchi, dans le Piémont, avait épousé en seconde noce Marguerite Ochiena en 1812. À son premier fils, Antoine, s'ajoutent bientôt Joseph en 1813 et Jean le 16 août 1815. Une pneumonie terrasse le papa en 1817, laissant Marguerite seule avec trois enfants et sa belle mère à charge. Elle a à peine trente ans. 
Profondément croyante, elle prend la ferme en main et refuse un nouveau mariage.  " À sa mort, François m'a confié ses trois fils. Quelle mère cruelle je serai si je les abandonnais quand ils ont besoin de moi ! "...

 


Marguerite ne sait pas lire, mais elle voit la présence de Dieu dans la nature et la vie quotidienne.
 " Que de belles choses, mes enfants, a fait le Bon Dieu. Et c'est pour nous ! C'est lui qui a semé là-haut toutes ces étoiles... Et si le firmament est si beau déjà, qu'est-ce que sera le Paradis ! "

 

 

 

 

 

Marguerite perçoit très vite les dons de Jean. Elle l'emmène avec elle les jours de foire. Il peut étudier les secrets des saltimbanques ce qui lui permet de monter des spectacles pour les jeunes du village. Il en profite alors pour les faire prier. Elle lui procure des livres pour répondre à son envie d'étudier.

 


Mais le frère aîné Antoine, ne supporte pas de voir son plus jeune frère étudier. Pour mettre fin à des conflits continuels, elle se décide, la mort dans l'âme, à éloigner temporairement Jean qui n'a que 12 ans. A son retour, elle fera le partage de ses biens, pour que Jean puisse poursuivre ses études et répondre à son désir de devenir prêtre.
.

 


La veille de son entrée au séminaire, Marguerite fait ses recommandations à son fils :
 « Mon enfant tu as revêtu l'habit du prêtre mais souviens-toi que ce n'est pas le vêtement qui fait le prêtre : c'est la vertu. Si tu devais un jour déshonorer ce vêtement, par charité, quitte-le ; mieux vaut cent fois demeurer un pauvre paysan que de vivre en prêtre négligent et oublieux de ses devoirs. Et le jour de son ordination de rajouter : « Je ne désire et n'attends rien de toi. Je suis né pauvre, j'ai vécu et je veux mourir pauvre. 
En te faisant prêtre, si tu devais être riche, sache-le bien, je ne te verrais plus, je ne mettrais pas les pieds dans ta maison. »
Après un grave accident de santé, Jean Bosco revient aux Becchi. Il propose à sa mère de tout quitter pour l'accompagner à Turin auprès des jeunes du Valdocco.
 « Il en coûte à mon cœur d'abandonner notre maison, ton frère et tous ceux que j'aime, mais si tu crois que c'est la volonté de Dieu, je suis prête. » Ils rentrent ensemble à Turin à pied.

 


Lorsqu'elle arrive au Valdocco, Don Bosco n'a plus de ressources pour faire vivre la maison.
 Marguerite vend alors son trousseau de mariage et les rares bijoux qu'elle a conservés.  Elle seconde Jean Bosco dans toute les tâche de la maison. Et ce n'est pas toujours simple.
 Un soir d'hiver, un petit groupe de garçons demande à passer la nuit à l'abri. Marguerite leur donne des couvertures et les installe dans la grange. 
Mais le lendemain matin, les garçons s'enfuiront, emportant les couvertures. Cela ne décourage pas Maman Marguerite.

 

Preuve en est, un soir de mai, par une pluie diluvienne, un garçon, Orphelin, sans travail ni logement, frappe à la porte. Marguerite lui donne une bonne soupe chaude. Mais elle hésite à l'accueillir ! Devant ses promesses d'honnêteté, Don Bosco décide de l'installer dans la cuisine sur une paillasse. Avant qu'il ne s'endorme, Maman Marguerite lui dit quelques mots pour l'inviter à prier et rendre grâce à Dieu qui lui a donné du pain et un toit.
 Ainsi naquit l'habitude salésienne du « mot du soir »
. Le lendemain le garçon était toujours là
.

 


Mais il y a des jours de découragement. En particulier celui où les enfants en jouant piétineront, jusqu'à le saccager, son potager. Devant l'amertume de sa mère Jean écoute, réfléchit et lui dit : «  Maman !
 » et en silence il montre le crucifix accroché au mur. Marguerite a compris, ne dit rien, et essuie une larme. On ne l'a plus jamais entendu se plaindre
.

 


Maman Marguerite ne savait pas dire non. 
Au mois d'août 1854, le choléra éclate à Turin.  Don Bosco et quarante jeunes se dévouent au service des malades. Et Marguerite donne couvertures, draps, chemises, pour les malades...
Don Bosco écrivait beaucoup, en particulier dans les revues qu'il avait créées pour les gens simples du monde populaire. Il lisait ses articles à sa mère. Quand elle ne comprenait pas les mots ou les idées, elle le disait franchement. Et il modifiait son texte pour être compris de tous.

 

En novembre 1856, elle tombe malade. Son état empire rapidement et le 24 elle rend son âme au Seigneur. Don Bosco ressent douloureusement ce départ. Il se rend à la " Consolata ", Notre-Dame de la Consolation, toute proche de la maison. Il s'agenouille devant l'autel que surmonte la statue de Marie. Là, il laisse couler ses larmes et prie s'adressant à la Vierge. « Et maintenant, nous voilà, mes enfants et moi sans maman. Il vous faut prendre sa place. Une famille comme la mienne ne peut se passer de mère. Tous mes enfants, je vous les confie. Veillez sur leur vie. Veillez sur leur âme. Maintenant et toujours. »

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Don Bosco et Maman Marguerite sur le site des salésiens

Maman Marguerite sur le site mondial


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

    • « Foi et Science » s’invitent à l’institut Lemonnier à Caen

      lemonnier mai 2018 02 Les jeunes de 2ndes de l’Institut Lemonnier à Caen ont couronné leur année pastorale autour du thème : Science et foi. Autour d’une table ronde, étaient réunis des témoins de la foi des religions monothéistes présentes dans l’agglomération.

      Lire la suite

  • Société

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Peser sur la politique de la ville »

      Animation de rue 2 Les Salésiens de Don Bosco viennent de fédérer toutes leurs oeuvres d'action sociale au sein du réseau DBAS. Don Bosco Action Sociale compte 60 établissements et est coordonné par Jean-Marie Petitclerc.  Ce spécialiste des questions d'éducation et des banlieues, fondateur du Valdocco, connait bien les différents rouages de la politique de la ville menée, en France, depuis dix ans. Sœur Joëlle Drouin l’a interrogé.

      Lire la suite

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite