Maman Marguerite 220x232François Bosco, paysan des Becchi, dans le Piémont, avait épousé en seconde noce Marguerite Ochiena en 1812. À son premier fils, Antoine, s'ajoutent bientôt Joseph en 1813 et Jean le 16 août 1815. Une pneumonie terrasse le papa en 1817, laissant Marguerite seule avec trois enfants et sa belle mère à charge. Elle a à peine trente ans. 
Profondément croyante, elle prend la ferme en main et refuse un nouveau mariage.  " À sa mort, François m'a confié ses trois fils. Quelle mère cruelle je serai si je les abandonnais quand ils ont besoin de moi ! "...

 


Marguerite ne sait pas lire, mais elle voit la présence de Dieu dans la nature et la vie quotidienne.
 " Que de belles choses, mes enfants, a fait le Bon Dieu. Et c'est pour nous ! C'est lui qui a semé là-haut toutes ces étoiles... Et si le firmament est si beau déjà, qu'est-ce que sera le Paradis ! "

 

 

 

 

 

Marguerite perçoit très vite les dons de Jean. Elle l'emmène avec elle les jours de foire. Il peut étudier les secrets des saltimbanques ce qui lui permet de monter des spectacles pour les jeunes du village. Il en profite alors pour les faire prier. Elle lui procure des livres pour répondre à son envie d'étudier.

 


Mais le frère aîné Antoine, ne supporte pas de voir son plus jeune frère étudier. Pour mettre fin à des conflits continuels, elle se décide, la mort dans l'âme, à éloigner temporairement Jean qui n'a que 12 ans. A son retour, elle fera le partage de ses biens, pour que Jean puisse poursuivre ses études et répondre à son désir de devenir prêtre.
.

 


La veille de son entrée au séminaire, Marguerite fait ses recommandations à son fils :
 « Mon enfant tu as revêtu l'habit du prêtre mais souviens-toi que ce n'est pas le vêtement qui fait le prêtre : c'est la vertu. Si tu devais un jour déshonorer ce vêtement, par charité, quitte-le ; mieux vaut cent fois demeurer un pauvre paysan que de vivre en prêtre négligent et oublieux de ses devoirs. Et le jour de son ordination de rajouter : « Je ne désire et n'attends rien de toi. Je suis né pauvre, j'ai vécu et je veux mourir pauvre. 
En te faisant prêtre, si tu devais être riche, sache-le bien, je ne te verrais plus, je ne mettrais pas les pieds dans ta maison. »
Après un grave accident de santé, Jean Bosco revient aux Becchi. Il propose à sa mère de tout quitter pour l'accompagner à Turin auprès des jeunes du Valdocco.
 « Il en coûte à mon cœur d'abandonner notre maison, ton frère et tous ceux que j'aime, mais si tu crois que c'est la volonté de Dieu, je suis prête. » Ils rentrent ensemble à Turin à pied.

 


Lorsqu'elle arrive au Valdocco, Don Bosco n'a plus de ressources pour faire vivre la maison.
 Marguerite vend alors son trousseau de mariage et les rares bijoux qu'elle a conservés.  Elle seconde Jean Bosco dans toute les tâche de la maison. Et ce n'est pas toujours simple.
 Un soir d'hiver, un petit groupe de garçons demande à passer la nuit à l'abri. Marguerite leur donne des couvertures et les installe dans la grange. 
Mais le lendemain matin, les garçons s'enfuiront, emportant les couvertures. Cela ne décourage pas Maman Marguerite.

 

Preuve en est, un soir de mai, par une pluie diluvienne, un garçon, Orphelin, sans travail ni logement, frappe à la porte. Marguerite lui donne une bonne soupe chaude. Mais elle hésite à l'accueillir ! Devant ses promesses d'honnêteté, Don Bosco décide de l'installer dans la cuisine sur une paillasse. Avant qu'il ne s'endorme, Maman Marguerite lui dit quelques mots pour l'inviter à prier et rendre grâce à Dieu qui lui a donné du pain et un toit.
 Ainsi naquit l'habitude salésienne du « mot du soir »
. Le lendemain le garçon était toujours là
.

 


Mais il y a des jours de découragement. En particulier celui où les enfants en jouant piétineront, jusqu'à le saccager, son potager. Devant l'amertume de sa mère Jean écoute, réfléchit et lui dit : «  Maman !
 » et en silence il montre le crucifix accroché au mur. Marguerite a compris, ne dit rien, et essuie une larme. On ne l'a plus jamais entendu se plaindre
.

 


Maman Marguerite ne savait pas dire non. 
Au mois d'août 1854, le choléra éclate à Turin.  Don Bosco et quarante jeunes se dévouent au service des malades. Et Marguerite donne couvertures, draps, chemises, pour les malades...
Don Bosco écrivait beaucoup, en particulier dans les revues qu'il avait créées pour les gens simples du monde populaire. Il lisait ses articles à sa mère. Quand elle ne comprenait pas les mots ou les idées, elle le disait franchement. Et il modifiait son texte pour être compris de tous.

 

En novembre 1856, elle tombe malade. Son état empire rapidement et le 24 elle rend son âme au Seigneur. Don Bosco ressent douloureusement ce départ. Il se rend à la " Consolata ", Notre-Dame de la Consolation, toute proche de la maison. Il s'agenouille devant l'autel que surmonte la statue de Marie. Là, il laisse couler ses larmes et prie s'adressant à la Vierge. « Et maintenant, nous voilà, mes enfants et moi sans maman. Il vous faut prendre sa place. Une famille comme la mienne ne peut se passer de mère. Tous mes enfants, je vous les confie. Veillez sur leur vie. Veillez sur leur âme. Maintenant et toujours. »

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Don Bosco et Maman Marguerite sur le site des salésiens

Maman Marguerite sur le site mondial


Mot du jour

Dans nos activités de tous les jours, il nous arrive d’être fatigués et même découragés.

Écoutons St François de Sales nous encourager : « Hé ! Ne connais-tu pas que tu es en chemin ? Et que le chemin n’est pas fait pour s’asseoir mais pour marcher ? Il est tellement fait pour marcher que marcher s’appelle : cheminer. »

Cheminons vers la vie, cheminons vers Dieu !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Les Salésiens de Don Bosco dans un pays
en mutation : le Vietnam
Voir l'article

Jean-Marie Petitclerc, sdb : l’utilité
du système préventif (3/3)
Voir l'article

Père Fabio Attard : Comment peut-on faire
évlouer la pastorale des jeunes ?
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

    • Don Bosco dans la collection « Grande Figure de la Spiritualité Chrétienne »

      grande figure spiritualite chretienne Jean-Marie Petitclerc, Michael Lonsdale, un magnifique duo réuni dans un livre : Don Bosco, édité au sein de la collection : Les Grandes Figures de la Spiritualité Chrétienne. 40 volumes consacrés à 40 saints. La collection « Les Grandes Figures de la Spiritualité Chrétienne », dirigée par Michael Lonsdale, présente le saint patron des salésiens dans un beau livre accompagné d’un CD.

      Lire la suite

    • « Un jeune à la foi » : 24 jeunes écrivent sur leur foi. Un livre pour tous !

      Un jeune a la foi C’est à partir de la description d’un objet que 24 jeunes du MSJ (Mouvement Salésien des Jeunes) ont souhaitaient exprimer leur foi… Une foi vivante et présente dans le quotidien de chacun… Le credo se vit au détour d’une rose, d’une chemise scoute, d’un abonnement de train, d’un peignoir, d’un diamant ou encore d’une paire de skis. Une invitation à regarder ce qui nous entoure… autrement !Logo video80

      Lire la suite

    • « La refonte du site des Editions Don Bosco est une belle expérience. »

      site EDB Comme l’a voulu Don Bosco, la communication des livres et des ouvrages est un levier essentiel de développement des jeunes. Le site des Éditions Don Bosco, editions-donbosco.fr, permet ainsi de se procurer tous les livres de la bibliothèque par correspondance, de manière simple. La refonte de ce site est une belle aventure menée par plusieurs bénévoles, dont Françoise Quéval, une ancienne élève de l’école la Providence et David Viagulasamy, responsable de projet internet et digitaux.

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Éduquer à l’esprit critique

      Couverture DBA 993 Assez de préjugés et d’idées toutes faites ! Attention aux gourous, aux vérités « absolues » qui s’habillent d’idéalisme. Mais qui croire dans le foisonnement de propositions et de « vérités » partielles ? Voici le nouveau numéro Don Bosco Aujourd’hui. Son thème ? Eduquer à l’esprit critique.

      Lire la suite

  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite

    • Développer l’esprit critique dans toutes les matières

      esprit critique educateurs Avec les nouveaux moyens de communication, les jeunes ont bien du mal à prendre du recul par rapport aux informations qu'ils reçoivent dans leur entourage ou par les médias. Qu'en disent les profs ?

      Lire la suite

    • Pourquoi des cours d’Enseignement Moral et Civique ?

      esprit critique dossier lacomba 02 Suite aux attentats, l’Education Nationale a demandé aux professeurs « une grande mobilisation pour les valeurs de la République. » Comment cela se traduit concrètement ? Par la mise en place d’Enseignement Moral et Civique. Don Bosco Aujourd’hui est allé interroger, Hélène Lacombat, professeur au lycée Notre Dame des Minimes.

      Lire la suite