Comment vivre l’esprit critique chez François de Sales ?

21 juin 2018 à 4:40

Comment vivre l’esprit critique chez François de Sales ?

Pour tout religieux, le défi de l’accompagnement spirituel est d’ouvrir à une liberté intérieure. Saint François de Sales était un accompagnateur exemplaire. Il ne mettait pas l’esprit critique à part de la foi. Interview de sœur Marthe Rios, sœur salésienne de Don Bosco, théologienne, apporte son éclairage.

 

DBA : Peut-on parler d’esprit critique chez François de Sales ?

Sr Marthe Rios : Quand François était étudiant à Paris, il traversa une terrible crise d’angoisse. La théologie de l’époque affirmait que l’homme était prédestiné et que très peu étaient sauvés. Il eut peur d’être damné. Cette théorie lui parut injuste. Il chercha dans la Bible, échangea avec des professeurs. Comme il ne trouvait pas de solution, Il se tira de ce doute par un acte de liberté : il décida que, s’il ne pouvait rien faire pour changer sa situation et obtenir la vie éternelle, il pouvait au moins continuer à être l’ami de Dieu en ce monde. « Ah, quoy qu’il en soit, Seigneur, pour le moins, que je vous ayme en cette vie, si je ne puis vous aymer en l’éternelle. »

DBA : Mais François de Sales n’attachait-il pas beaucoup d’importance à la vertu d’obéissance ?

Sr Marthe Rios : Oui, mais pas aveuglément. Par exemple, il laissait toute liberté dans le choix de l’accompagnateur spirituel. Or, c’est essentiel, car c’est dans ce domaine que se prennent les décisions existentielles. Quand il recommande à la baronne De Chantal l’obéissance envers son premier directeur spirituel, il lui dit en même temps : « Je loue infiniment le respect religieux que vous portez à votre directeur et vous exhorte de soigneusement y persévérer ;… mais il ne vous doit gêner, ni étouffer la juste liberté que l’Esprit de Dieu donne à ceux qu’il possède » (XII 279). Et il lui donne trois critères pour choisir un bon directeur spirituel : « Il le faut plein de charité, de science et de prudence : si l’une de ces trois parties lui manque, il y a du danger. »

 Choisir son accompagnateur spirituel

 Dans l’« Introduction à la Vie Dévote » de Saint François de Sales : « Choisissez en un (un accompagnateur) entre mille, et moi je dis entre dix mille, car il s’en trouve moins que l’on ne saurait dire qui soient capables de cet office. Il le faut plein de charité, de science et de prudence Si l’une de ces trois parties lui manque, il y a du danger. Mais je vous dis derechef, demandes-le à Dieu, et l’ayant obtenu bénisses sa divine Majesté, demeurés ferme et n’en cherches point d’autres, ainsi allez simplement et humblement car vous ferez un très heureux voyage. » Introduction à la vie dévote, Livre 1, chapitre 5

Retraites salésiennes accompagnées

Selon la spiritualité de St François de Sales

France, 23 – 31 Juillet, Monastère de la Visitation à Voiron (38)

Belgique, 30 juillet – 7 aout, Abbaye de Soleilmont à Fleurus près de Charleroi

Suisse, 12 – 18 août, Morgins

Contact : Sr Dominique Godino, fma

Eglise