Les salésiens de Don Bosco espèrent un nouvel avenir pour le théâtre de Ménilmontant.

19 décembre 2018 à 6:00

Les salésiens de Don Bosco espèrent un nouvel avenir pour le théâtre de Ménilmontant.

Jeudi 13 décembre 2018, la fermeture du théâtre de Ménilmontant a été décidé par Maître Hélène Cauchemez-Laubeuf, nommée par le Tribunal de Grande Instance de Paris après la vacance du pouvoir de la direction de l’association gestionnaire. Les salésiens de Don Bosco, attachés à l’expression artistique depuis leurs origines, espèrent qu’un nouvel avenir pour le théâtre puissent rapidement voir jour.

 

Le 15 rue du retrait est bien connu de la famille salésienne. Pendant de nombreuses années, il a été le lieu du Patronage St Pierre, où les salésiens ont accueilli de nombreux jeunes. Ce patronage reflétait l’esprit de « l’oratoire » fondé par St Jean Bosco où les jeunes grandissent en découvrant leurs talents, notamment grâce à l’art de la musique et du théâtre.

Reste de ce patronage, le Théâtre de Ménimontant. Mais l’association gestionnaire ACJB, à qui a été confié l’exploitation de l’immeuble, a rencontré de graves difficultés. Cette exploitation s’est avérée désastreuse ces derniers mois, notamment avec une perte de contrôle complète. Cela a conduit à la démission du représentant légal de l’association ACJB et une vacance du pouvoir de direction.

Devant cette situation, l’ASGR, association propriétaire des salésiens, a déposé une requête le 03 octobre 2018 auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris en vue de la nomination d’un Administrateur Provisoire pour l’ACJB. Me Hélène Cauchemez-Laubeuf, nommée par le TGI le 16 octobre 2018 comme Administrateur Provisoire, a décidé de procéder à la fermeture du site du Théâtre de Ménilmontant le jeudi du 13 décembre 2018.

Les Salésiens de Don Bosco sont dans l’attente de la suite des décisions qui seront prises par Maître Cauchemez-Laubeuf. Les salésiens travaillent sur l’avenir du Théâtre, en collaboration avec les pouvoirs publics. Ils attendent un avenir meilleur au plus vite, pour janvier 2019 espèrent-ils, comme le précise le père Xavier de Verchère, économe provincial.

Famille Salésienne