Marie-Hélène Pezzoli : « Je suis tombée dans la soupe salésienne très jeune ! »

24 novembre 2020 à 10:00

Marie-Hélène Pezzoli : « Je suis tombée dans la soupe salésienne très jeune ! »

Les Salésiens Coopérateurs de France ont une nouvelle coordinatrice : Marie-Hélène Pezzoli succède à Chantal Kieffer. Qui est-elle, en quoi consiste ce service et qui sont les Salésiens Coopérateurs de France ? On vous explique.

DBA : Marie-Hélène, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

MHP : Je suis mariée avec Georges depuis 43 ans et nous avons eu deux garçons, Nicolas et David, qui à leur tour ont eu chacun une fille et un garçon. Cela fait de nous des grands-parents heureux et parfois bien occupés

J’ai été infirmière des Hôpitaux des Armées, en réanimation puis en Hémodialyse. À  ma retraite, j’ai travaillé en tant qu’infirmière à l’Institut salésien de Bon Accueil à Toulon pendant une dizaine d’années.

Avec tout ça, j’ai rendu quelques petits services dans ma paroisse : catéchèse, animation de la messe, secrétariats par-ci par-là,  petits dépannages de gens en situation précaire et d’urgence, bref, un peu de tout. Aujourd’hui, je ne m’occupe plus que de mon époux, des enfants et petits-enfants, et des Salésiens Coopérateurs.

 

DBA : qui sont les Salésiens Coopérateurs ?

MHP : Pour s’occuper de l’éducation des jeunes, Don Bosco a fondé trois sociétés : les salésiens religieux, les sœurs salésiennes, et les Salésiens Coopérateurs, qui sont les salésiens laïcs, porteurs du même charisme. Les Coopérateurs reçoivent une formation spirituelle et se lient par une promesse, mais ils vivent dans leur milieu familial, social, paroissial et de travail. Ils ont le souci des jeunes et des communautés chrétiennes en s’engageant là où on a besoin d’eux.

 

DBA : que représentent les Coopérateurs en France ? Où les trouve-t-on ?

MHP : La Province française compte 243 membres pour 23 centres répartis de manière assez uniforme, de la Bretagne à l’Alsace, de la Flandre à la Provence. Ils sont proches d’une maison salésienne, sauf Barlieu dans le Cher, et on cherche à créer un groupe dans le Sud-Ouest où les membres sont fort dispersés. Plusieurs ont fait leur promesse ces dernières années après un long cheminement et quelques-uns s’y préparent.

Les groupes se retrouvent chaque mois pour se ressourcer par la prière, l’eucharistie, la réflexion, le partage convivial autour d’un repas. Ils sont accompagnés par le père Noël Calvarin ou sœur Chantal Fert.

 

DBA : d’où vient votre attachement à Don Bosco ?

MHP : J’ai connu Don Bosco en Algérie où mon papa était en poste. C’était la guerre et par sécurité mes parents m’avaient inscrite dans une école de sœurs près de chez nous, dans la base militaire. Les Pères Salésiens avaient eux aussi un établissement dans la même rue et, tout naturellement, ils nous accompagnaient. Je suis donc tombée dans la soupe très jeune !

Comme infirmière en réanimation, j’ai eu maintes occasions d’accompagner des malades et leur famille ; je crois que j’avais été touchée par la fibre de Don Bosco sensible à leur détresse,

Quand je suis venue vivre avec ma famille à La Crau (Var), j’y ai retrouvé un Père Salésien, en communauté à La Navarre, que j’avais connu en Algérie. J’étais très heureuse avec ma famille, mais il me manquait quelque chose, j’avais toujours voulu me consacrer à Dieu. Il m’a « raccrochée aux branches » en m’invitant : « Va voir les Salésiens Coopérateurs ». C’est ainsi que j’ai connu le centre de Saint-Cyr.

 

DBA : en commençant ce mandat, quel message aimeriez-vous faire passer à la Famille Salésienne et aux jeunes ?

MHP : En ces temps difficiles marqués par la pandémie, le terrorisme, un monde en pleine mutation je dirais que  nous sommes une grande famille où chacun a sa place, où l’on peut vivre différents états de vie. Soyez joyeux, inventifs, allez de l’avant, restez vous-mêmes face au chahut que nous vivons, gardez confiance dans le Seigneur, priez et quand tout semble vous échapper, abandonnez-vous à la Providence !

 

Propos recueillis par Jean-François MEURS

En image le nouveau conseil (de gauche à droite, de haut en bas) :

Marie-Hélène Pezzoli, Céline Guigon, Geneviève Parenty, Annick Richard, Noël Calvarin (sdb), Chantal Fert (fma), Odile Remignon, Sophie Wilhelm, Virginie Henri, Amaël Vigneras, Marie-Anita de la Marandais

Famille Salésienne