Sœurs Salésiennes : la Fondation salésienne Pastré soutient la construction d’une école en Syrie

3 décembre 2020 à 10:00

Sœurs Salésiennes : la Fondation salésienne Pastré soutient la construction d’une école en Syrie

En cette fin d’année, la Fondation salésienne Pastré, reconnue d’utilité publique et dédiée à l’action des sœurs salésiennes, vient de diffuser auprès de ses donateurs son bilan annuel.

Grâce aux dons des bienfaiteurs de France et de Belgique Sud, la Fondation, dont le siège social est à Marseille, a pu soutenir les sœurs salésiennes de Damas (Syrie) dans l’achat d’un terrain dans le quartier Jaramanah il y a quelques mois. Et concrétiser après bien des péripéties le projet de construction d’une école et d’un centre professionnel. Le chantier doit démarrer.

La Fondation Pastré s’est aussi engagée dans le fonds éducatif d’urgence « Tous unis pour l’éducation ! », lancé au printemps 2020 pour soutenir les établissements scolaires. « Lorsque j’accompagne les différentes maisons du réseau, je suis de plus en plus confronté aux difficultés des directeurs et de leurs responsables administratifs, témoigne Sébastien Lerondel, délégué de tutelle. Ils doivent aider de nombreuses familles qui expriment leurs soucis financiers. Parfois, les jeunes deviennent externes, faute de pouvoir payer la cantine. Parfois, les familles démissionnent avec de très gros regrets, car ils ne peuvent plus s’acquitter des frais de scolarité » « Il en va de notre réalité du réseau. Don Bosco avait bien compris qu’accueillir des jeunes en difficulté signifie souvent rechercher des soutiens matériels et financiers. Ensemble, nous irons plus loin dans la solidarité », ajoute sœur Geneviève Pelsser, provinciale France-Belgique Sud-Tunisie des sœurs salésiennes.

La Fondation Pastré entend également poursuivre en 2021 le soutien à l’implantation, depuis un an, du Valdocco Marseille dans le 13e arrondissement de la ville, sur les territoires de Frais Vallon, Le Clos-La Rose et La Bégude : aide aux devoirs du CE2 à la 3e, accueil de loisirs chaque mercredi et durant les vacances scolaires.

Mais aussi les communautés salésiennes libanaises, très mobilisées auprès des familles touchées par la terrible explosion, début août, dans le quartier du port de Beyrouth, et notamment les familles de réfugiés irakiennes. « Beyrouth ne meurt pas, la vie doit renaître. C’est ce que nous voulons dire au monde entier », témoigne le père salésien Simon Zakerian, originaire de Syrie, mais installé à Beyrouth.

Enfin, la Fondation Pastré souhaite épauler les sœurs salésiennes du Vietnam, pays où, en cet automne 2020, de fortes pluies et des tempêtes ont inondé les vallées des six provinces centrales, de HaTinh à Quang Nam. Plus d’un million de personnes ont dû être évacuées. Sur place, les sœurs aident les familles de deux paroisses (Bau Sen et Giang Yen) à reprendre une vie normale, en distribuant de l’alimentation, des vêtements, etc. « C’est un pays en pleine évolution, que nous connaissons bien car, ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens et salésiennes sont arrivés du Vietnam en France et en Belgique », souligne-t-on à la Fondation Pastré.

Bref, les chantiers ne manquent pas. Mais en ce temps de l’Avent, « l’espérance renaît, grâce à l’accueil de cette force divine d’amour qui nous engage chacun et chacune sur ce chemin d’humanisation », lancent sœur Geneviève et le président de la Fondation, Henri Pastré.

 

Pour aider la Fondation Pastré, et notamment l’un des projets cités plus haut, écrire à : Fondation Salésienne Pastré, 7, passage de la Providence, 75020 PARIS (pour tout don, reçu fiscal donnant droit à une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66% du montant du don). Mail : fondationsalesiennepastremail.com. Tél. 01 43 79 83 88.

Famille Salésienne