En Ethiopie, les salésiens de Don Bosco font face contre le coronavirus

28 octobre 2020 à 7:57

En Ethiopie, les salésiens de Don Bosco font face contre le coronavirus

L’Ethiopie accumule les difficultés : la covid-19 et les maladies, les émeutes sociales, les réfugiés du Sud-Soudan, l’invasion des criquets, les inondations. Les salésiens de Don Bosco font face en aidant les familles les plus vulnérables et les jeunes de la rue.

L’Ethiopie est aux prises avec une urgence sanitaire qui s’aggrave de jour en jour. Les infections à la covid-19 sont en augmentation et s’ajoutent aux foyers encore actifs de choléra, de rougeole et de paludisme. Les hôpitaux sont mal équipés, les médecins et les masques manquent, et la campagne de sensibilisation concernant les mesures de prévention n’a touché que les grands centres ; des millions d’Éthiopiens n’ont pu accéder aux informations de base telles que le nettoyage des mains et la distanciation sociale.

La situation sociale est instable : les récentes émeutes populaires entre les forces de police et la communauté Oromo – suite à l’assassinat d’un chanteur populaire – rendent très difficile le respect des mesures de prévention de la contagion.

En outre, le Pays a été victime de deux vagues d’invasion de criquets, qui ont détruit des milliers d’hectares de cultures. Ensuite, une mousson précoce et particulièrement violente en septembre a causé de graves inondations qui ont ravagé les cultures.

 

Une quinzaine d’œuvres salésiennes dans le pays

Les salésiens de Don Bosco, présents en Ethiopie depuis 1975, sont maintenant une centaine répartis dans 15 œuvres. Ils ont construit de nombreuses écoles et centres de jeunes s’occupant d’alphabétisation et d’éducation de filles et de garçons qui vivent sans ressources. Ils sont très actifs dans la lutte contre la traite des êtres humains, l’Éthiopie étant un carrefour de flux migratoire dans la Corne de l’Afrique. Ils sont présents dans trois camps de réfugiés venus du Sud-Soudan.

Devant l’urgence face à la covid, ils ont lancé un vaste projet de sensibilisation aux bonnes pratiques pour prévenir la contagion. Ils apportent leur soutien aux familles des étudiants des Centres de Formation Professionnelle. Les bâtiments des écoles sont disponibles aux jeunes de la rue qui peuvent trouver un logement, recevoir de la nourriture et de l’eau potable, profiter d’installations hygiénico-sanitaires.

 

Jean-François Meurs

International