Alors je compris que tu étais là…

6 avril 2014 à 2:06

Au début, je ne compris pas ce que tu me demandais : pourquoi voulais-tu que je parte ? J’étais si bien auprès de toi : je goûtais tes encouragements à partir au large, et le désir de revenir m’en nourrir encore.

 

Tu m’apprenais à vivre loin de toi avec toi, comme près de toi sans besoin de toi. J’étais sans cesse relié à toi et pourtant totalement libre vis-à-vis de toi : j’étais libre parce que relié.

Que désirer de meilleur ? Et voici que, toi, tu me demandais de partir pour toujours, de tout quitter, jusqu’à toi-même, quitter ce lieu où prenait source l’élan de ma vie. Devant ta détermination, après bien des hésitations, j’ouvris la porte et je plongeai dans le vide… Je constatai alors que tu m’y avais devancé.

Mot du jour