Dividendes

30 mars 2017 à 6:00

Aujourd’hui, c’était « l’évaluation ». A son grand désarroi, le verdict a été cruel, et dit brutalement. Il n’a pas démérité, il n’a commis aucune erreur, et ses compétences ne sont pas remises en cause. Non. Il a, lui dit-on, été trop peu performant, n’a pas pris les décisions que l’on attendait, n’a pas eu les initiatives qui avaient fait de lui un cadre brillant. Aujourd’hui, il a dû vider son bureau.

Les derniers kilomètres ont été très longs. Pour lui la blessure est béante, il voudrait hurler.

Mais il sait qu’il peut parler, qu’elle l’entendra, qu’elle ne lui en voudra pas de se taire, que d’ici quelques mois, après avoir pris le temps de discuter, de réfléchir, de décider, ceci sera l’obstacle qu’ils auront franchi.

Il sait que pour lui ce n’est pas un drame.

Mot du jour