Eloge de la fragilité

22 août 2014 à 10:12

C’est Alexandre Jollien qui a écrit un ouvrage sur ce sujet. Né infirme moteur cérébral, il n’a pas voulu s’enfermer dans le circuit des institutions pour personnes handicapées. Il a étudié la philosophie, notamment pour apprivoiser sa vie blessée et son rapport au corps forcément difficile.

Il a choisi de faire de sa faiblesse une force : la force de celui qui sait ce qu’il ne sera jamais, mais qui veut aller au bout de ses possibilités. Aujourd’hui philosophe et écrivain, marié et père de trois enfants, il a fait mentir la fatalité. En acceptant la fragilité du handicap, il s’est centré sur d’autres forces qu’il portait en lui.

C’est un message pour chacun. Bien sûr, l’humanité est faillible, touchée par la maladie et le vieillissement, mais en elle subsiste une force que seuls peuvent trouver ceux qui d’abord reconnaissent leur fragilité.

Mot du jour