Le bon sens en éducation, c’est vivre l’espérance.

25 avril 2014 à 8:27

Ces attitudes sont pour Don Bosco des postures spirituelles. L’espérance, c’est croire que rien n’est jamais perdu, qu’on peut toujours éduquer même les jeunes les plus en difficulté, c’est croire à l’éducabilité de tous, parce que chacun est enfant de Dieu, et que Dieu porte attention à chacun. Pour l’éducateur, c’est adopter la position de Jésus qui est venu dans notre humanité pour nous faire découvrir l’amour de Dieu son Père.

C’est cette image du bon pasteur qui connait chacune des brebis de son pâturage et qui va chercher celle qui s’est égarée par un jour de tempête ou de brouillard. L’optimisme de Don Bosco repose sur cette confiance en Dieu qui se transforme en confiance dans tous ses éducateurs et dans les jeunes qui sont les premiers à pouvoir développer leurs propres talents au service des autres jeunes et des groupes dans lesquels ils vivent.

Mot du jour