Le fils prodigue

20 mars 2013 à 10:24

Cette parabole bien connue m’interroge toujours, à chaque lecture. En effet, encore récemment, c’est le fils aîné qui a retenu toute mon attention…. Comment comprendre que ce premier fils, qui a toujours obéit, à son Père, qui a toujours servit son Père, n’a jamais eu un « chevreau [pour se ] réjouir avec [ses] amis » ?

C’est une grande leçon de tolérance et de pardon. Cette parabole nous fait toucher du doigt la différence entre la justice et la miséricorde. Elle nous fait toucher du doigt une grande différence entre l’ancien testament, qui s’appuie souvent sur la loi et le nouveau testament qui s’appuie souvent sur l’amour.

En effet, savoir pardonner, ce n’est pas savoir rendre la justice.

Savoir pardonner, c’est être au delà du jugement.
Savoir pardonner, c’est savoir aimer.

Mot du jour