Nous sommes en état d’urgence fraternelle !

26 novembre 2020 à 4:45

(Cliquez sur ce lien si vous souhaitez vous abonner à la Newsletter du mot du jour – et la recevoir dès le lendemain)
Les jours ne sont-ils pas encore assez courts qu’il faille les mettre en ‘black’ pour les solder au risque d’accroitre encore plus les inégalités ?

La première vague et son espérance printanière nous semble déjà bien loin en cet automne qui nous confine à nouveau… Et pourtant, de quel confinement parle-t-on ? De celui que la Covid a imposé ou de celui que nos sociétés vouées à la surconsommation nous imposent avec pour conséquence de nous maintenir en état de privation et de dépendance ? Combien nos désirs d’avoir ne privent-ils pas d’autres personnes de l’essentiel pour vivre tout simplement. Oui notre monde broie du noir et il est urgent d’ouvrir nos yeux pour y déposer des parcelles de lumière.

S’il est un bienfait que cette pandémie révèle, c’est bien l’indispensable solidarité. Pas celle des mots, mais celle beaucoup plus humble et efficace des gestes concrets, à portée de notre main comme le dit le pape François : « Tendre la main fait découvrir, avant tout à celui qui le fait, qu’existe en nous la capacité d’accomplir des gestes qui donnent un sens à la vie ».

La solidarité, c’est la porte ouverte vers la liberté. Elle nous met debout et nous fait grandir en humanité. Enfants de Dieu, nous sommes Frères des Hommes. Cette reconnaissance nous engage à une vie toujours plus fraternelle. Être Frère dans le monde est le chemin pour témoigner en vérité de notre identité chrétienne.

C’est l’«Honnête citoyen » et le « Bon chrétien » si cher à Don Bosco et la pandémie d’aujourd’hui, à travers les nombreux appels à l’aide qu’elle génère, donne un écho particulier à cette règle de vie.

Pour combattre l’hiver social annoncé, passons d’une Foi ‘Clic and Collect’, à la communion aux besoins de nos Frères. L’Évangile est notre attestation de libre circulation pour tendre nos mains aux périphéries de notre société. Et pour renforcer notre positivité, n’hésitons pas à nous faire vacciner… Le vaccin de l’espérance est particulièrement recommandé. Soyons des sources de joie et d’espérance, des contaminants de fraternité ! La fraternité est un acte de foi dans l’humanité… et la pratiquer, c’est être solidaire.

Ce matin, demandons au Seigneur de toucher nos cœurs et de nous aider :

« Ô Dieu, purifie nos solidarités. Rends-les vraies, fécondes, ardentes et humbles. Nous te le demandons au nom de Celui qui a été résolument solidaire de l’Homme abandonné et méprisé, Jésus. » (Pasteur André Dumas)

Bonne journée !

Franz et Louisette DEFAUT

Mot du jour