Sceptre retiré

14 avril 2017 à 6:00

Encore plus aujourd’hui, je reste frappé que Marie Auxiliatrice tienne le sceptre du pouvoir : dans une certaine logique, c’est l’Enfant Jésus qui devrait le tenir. En fait, Marie lui retire ce sceptre, pour l’éduquer autrement, l’éduquer à une autre forme d’autorité que celle du pouvoir qui écrase. Le chemin de Croix sur lequel Jésus s’écorche et titube montre qu’il n’impose pas son Royaume par la force. Il préfère cheminer avec les personnes qui le rejoignent dans un côte à côte et un cœur à cœur. C’est en accordant ses pas dans les nôtres qu’Il noue avec nous une relation d’amitié, celle qui se fonde sur la joie d’être reconnu et l’amour mutuel. Qu’il est heureux que Notre Dame Auxiliatrice retire ce sceptre de pouvoir au Fils de Dieu !

Mot du jour