Une attention qui vous touche

6 janvier 2014 à 9:52

« Tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher ». Ils avaient trouvé « le guérisseur » et de partout on venait vers lui.

Les temps n’ont pas changé à une chose près, les rendez-vous se prennent plusieurs mois à l’avance ; en attendant le malade souffre dans son coin.

 

Les moyens mis à sa disposition sont cependant extraordinaires : téléphone, portables de toute sorte, mails… quand ce ne sont pas des visites toujours réconfortantes. C’est comme une chaine qui va relier le malade et ses amis, sa famille, sa communauté.

Un clic et vous voilà à l’autre bout du monde avec cette délicatesse, cette attention, une prière, bref un soutien qui vous « touche »… On allait vers Jésus pour « le toucher »…

Mot du jour