Une étiquette de plus

23 janvier 2014 à 9:07

Lorsque j’accueille, à la demande d’un juge, un jeune au Valdocco, je lis souvent le dossier d’un œil distrait. Car le risque est toujours grand d’identifier le jeune au discours que tenaient sur lui ceux qui l’ont accompagné jusqu’alors. Ce risque, c’est celui de l’étiquetage. « Ce Jésus, n’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Jean, de Jude et de Simon ? » On décline son identité, on décline sa profession, il n’y a plus rien à ajouter ! Et l’on se révèle incapable d’être autre que ce que les gens attendent de nous.

« Nul n’est prophète en son pays ». Tel est le constat effectué par Jésus de retour à Nazareth.
Combien il est important pour l’éducateur de ne point enfermer le jeune dans son histoire, dans sa scolarité.

Mot du jour