Ecole de vie Don Bosco : « Cela m’a fait grandir »

11 mai 2017 à 2:30

En France, plusieurs lieux d’Eglise proposent à des jeunes de 18 à 30 ans de prendre un temps pour grandir dans leur foi, grandir humainement, grandir en maturité. L’École de Vie Don Bosco en est une. Salésienne ? Pas officiellement. Mais spirituellement, éducativement, c’est tout comme. Visite de l’école Don Bosco au village de Trie-Château (Oise).

 

Une année à l’École de Vie Don Bosco pour trouver sa voie

Dès le départ, le souhait était de construire le programme autour de trois grands axes : s’approprier sa foi ; grandir intellectuellement ; grandir en maturité. « Par la formation religieuse et le programme d’enseignements structuré, avec une vingtaine d’intervenants, chaque étudiant aborde toutes les grandes questions de la vie, sans tabous » partage Véronique Leguay, vierge consacrée du diocèse de Paris, professeur des écoles, titulaire d’un master de bioéthique, qui assure la direction de l’école depuis une quinzaine d’années.

Une année sabbatique… et fatigante !

« C’est en quelque sorte une année sabbatique, mais c’est une année fatigante. Il faut des jeunes courageux ». Anne-Marie Udala fait partie de ceux-là : « Je venais de finir une licence en humanité, option journalisme, à Nanterre, et je cherchais une année de césure. J’avais envie de faire quelque chose avec des jeunes mais je cherchais ma voie. C’est un ami qui m’a parlé des écoles de vie, où l’on allie philosophie, théologie et service ». Originaire de Vincennes, Anne-Marie effectue quelques recherches sur Internet et tombe sur « l’école de vie Don Bosco ». « Le fait que ce soit Don Bosco, ça m’a accroché », explique la jeune femme.

« Créer dans nos vies une unité entre l’intellectuel,
le cœur, le physique et l’esprit. »

« Nous avons choisi Don Bosco »

« Il y avait deux saints qui symbolisaient bien l’école : saint Jean-Paul II et saint Jean Bosco. On a choisi le deuxième ! » remarque un membre de l’équipe. Le Père provincial des salésiens de Don Bosco est évidemment consulté. Il donne son accord. « L’École de vie Don Bosco est un lieu de confiance en la parole éclairée du jeune, en sa volonté de progresser et de s’inspirer de modèles. L’éducation se vit comme une alliance respectueuse et libre. On bâtit avec le jeune, pas à sa place ».

Raison, affection, religion

« Le projet est de créer dans nos vies une unité entre l’intellectuel, le cœur, le physique et l’esprit. Et ça se déclinait vraiment bien » souligne Anne-Marie qui a suivi la session en 2014. Des temps lui permettent d’approfondir sa foi catholique, mais aussi de découvrir les autres religions. Le sport est très présent. Et l’affectif n’est pas oublié : « Nous avions des cours sur l’amitié, la vie collective ». L’année est aussi riche en voyages et services : une semaine au cœur de la communauté de l’Arche, à Beauvais (où sont accueillies des personnes handicapées mentales) ; une autre au service des pèlerins de Lourdes, sans oublier plusieurs voyages spirituels à Turin (Don Bosco évidemment !), Lyon, Rouen, Tours ou Lisieux. « Pour moi, la vie de communauté n’a pas forcément été très facile, mais cela m’a appris énormément, explique Anne-Marie. Cela permet de se connaître soi-même et de se dépasser. Cela fait grandir. »

Pour aller plus loin

École de vie Don Bosco (le site)

Eglise