WE DON BOSCO JEUNES FAMILLES Huitième édition, du 28 octobre au 1er novembre, d’une proposition de la famille salésienne intitulée « Week-end Don Bosco jeunes et familles ». Le réseau des anciens élèves se met au service des jeunes et des familles en proposant quatre jours de détente, de sport, de réflexion et de spiritualité au cœur du village-vacances AEC de Forgeassoud, face à la chaîne des Aravis.

 

Chaque matin, rencontre avec un grand témoin. Chaque après-midi, visites au choix ou piscine au coeur du centre AEC. Chaque soir, veillée salésienne pour jouer tous ensemble. Des temps de prière lancent et concluent les journées. Un programme spécifique est prévu pour les enfants et les ados, pris en charge par des animateurs du réseau salésien de Don Bosco

Ce « Week-end Don Bosco jeunes et familles » aura lieu du samedi 28 octobre (17h) au mercredi 1er novembre 2017 (14h), à Saint-Jean de Sixt (Haute-Savoie).

Les « témoins » invités : Amélie Monkam, Sœur Maria del Pilar

Amélie Monkam : « Toi mon frère dis-moi pourquoi ; la vie continue sans moi ; dis-moi pourquoi j'étais là ; un jour au mauvais endroit » Vous connaissez certainement les paroles de la chanson « Un jour au mauvais endroit » de Calogero. Elles racontent ce tragique 28 septembre 2012, à Echirolles, près de Grenoble, quand le jeune Kevin Noubissi, étudiant âgé de 21 ans, est sauvagement agressé, avec son copain Sofiane, par une bande de jeunes de la cité voisine qu’ils ne connaissaient pas. Un an plus tard, la maman de Kevin, Amélie Monkam-Noubissi publiait un livre, intitulé « Le ventre arraché ». Avec une force impressionnante et une grande dignité, cette pédiatre grenobloise raconte le chemin intérieur qu’elle a parcouru pour faire face au meurtre de son fils. Active au sein de l’association APNV, « Agir pour la non-violence », elle viendra nous interpeller : la violence chez les jeunes, le caractère sacré de la vie mais aussi "ses inattendus", la résilience, la fidélité en Dieu, la dimension du pardon…

Sœur Maria del Pilar Alonso Chombo : son nom trahit ses origines, n’est-ce pas ! Sœur salésienne de Don Bosco vivant en communauté à Louvain-la-Neuve (Belgique) après de nombreuses années au lycée Don Bosco de Lyon, sœur Pilar est une « migrante » mexicaine. En cette année où le Président des Etats-Unis rêve de bâtir un mur entre son pays et celui de sœur Pilar, son témoignage nous interrogera sur les phénomènes de migrations. Mais aussi sur l’universalité de l’Eglise catholique et la vie des missionnaires. Issue d'un pays profondément catholique, quel regard avait sœur Pilar de la France, « Fille aînée de l’Eglise » ? Pourquoi avoir choisi de venir y vivre sa vocation ? Qu'est-ce que cela signifie être "missionnaire" en France ou en Belgique aujourd'hui ?

 

 

Inscription et information / jeunes animateurs 

Attention nombre de places limité ! Les tarifs (pension complète, animations incluses) : adulte, 210 € ; étudiant, 150 € ; 16-18 ans, 100 € ; moins de 16 ans, 30 €. Pour ceux qui souhaitent prolonger le séjour, c’est possible. Renseignements et inscriptions : Dominique Delat

Les organisateurs (ADB) recherchent également dix animateurs, âgés de 18 à 25 ans, ayant l’expérience de camps chrétiens (CIJE, MSJ, scoutisme, Campobosco, etc.). Renseignement auprès de Jean-Philippe Rigaux.

Général Henri Marescaux (à confirmer) : « Le général et les prostitués » titrait il y a quelques mois l’hebdomadaire La Vie. Le raccourci peut détoner, il n’en est pas moins juste : officier du Génie, Henri Marescaux a exercé des commandements d’unités blindées comme lieutenant, capitaine et colonel. Il a passé dix ans à l’Etat-major de l’Armée de terre, puis fut directeur général de l'École polytechnique. Un parcours qui a bifurqué… au moment de son ordination diaconale. Devenu diacre, le Versaillais est en effet appelé par son évêque, en 2002, dans une mission de solidarité auprès… des personnes prostituées. Depuis, il anime l’association Tamaris. Comment relire un tel parcours, des bureaux d’états-majors à la forêt de Saint-Germain ? C’est la question que nous lui poserons !

 

 


Mot du jour

Beaucoup échouent dans leurs projets par individualisme, par excès de confiance en eux ou par peur d’autrui. Or mieux vaut réussir à plusieurs qu’échouer seul !
En s’associant, on multiplie nos chances de succès. Les autres ont des idées, des points de vue, des sensibilités, des potentiels différents et complémentaires des nôtres.
Apprenons à partager un projet, offrons notre confiance, même aux moins compétents, en apparence. Multiplions les énergies, soyons solidaires et fraternels.
L’union fait la force !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite