Pourquoi une fourchette ?

2 mai 2020 à 5:30

Mot du jour par Marie Piro du Mouvement Salésien des Jeunes

 

Il était une fois une jeune femme qui était atteinte d’une maladie mortelle et on lui donnait 3 mois à vivre. Comme elle mettait ses affaires en ordre, elle a contacté son prêtre pour lui demander de venir la voir pour régler certains détails de ses dernières volontés.

« Je veux être enterrée avec une fourchette. » Lui dit-elle.

« Cela vous surprend, n’est-ce-pas? »

« Pour être honnête, je suis perplexe devant votre requête » dit le prêtre.

 

La jeune femme expliqua :

« Dans toutes mes années de participation aux événements sociaux et dîners, je me souviens toujours qu’inévitablement quelqu’un se penchait pour me dire « Gardez votre fourchette ». C’était ma partie préférée car je savais que quelque chose de mieux s’en venait…. comme du gâteau, de la mousse au chocolat ou encore une tarte aux pommes. Quelque chose de merveilleux et avec de la substance !

Je veux juste, que lorsque les gens me verront dans mon cercueil avec une fourchette à la main, qu’ils se demandent: « Pourquoi cette fourchette? » et ainsi vous pourrez leur dire « Gardez votre fourchette… le meilleur est à venir! » »

Les yeux du prêtre se remplirent de larmes de joie; alors il prit la jeune femme dans ses bras pour lui dire au revoir. Il savait que cette jeune femme avait une meilleure idée de la vie que lui. Elle SAVAIT que quelque chose de mieux s’en venait.

 

Pour moi, aujourd’hui, dans l’Evangile, Simon Pierre a choisi de garder sa fourchette, ils se
rendent compte qu’en suivant Jésus, le meilleur sera toujours à venir. Car Jésus à les paroles de la vie éternelle nous dit-il !

Je trouve que cela à encore plus de sens en ce moment. Avec le confinement, nous sommes en train de gouter un plat quelque peu amère… Mais ne serait-ce pas pour pouvoir à l’avenir mieux apprécier le plat doux et sucré de l’après-confinement ? Et ce plat amère, nous aura peut être fait découvrir que les plats que nous avons mangés jusqu’à présent, manquaient un peu d’épice ou de douceurs ! Parfois, on a besoin d’une expérience différente, de découvertes culinaire pour ce rendre compte quels sont les choses qu’on aime le plus. Les gouts changes en grandissant. Et on se mets parfois a aimer des choses que l’on n’aimait pas avant. Alors il faut rester gourmand ! Gourmand de la vie, gourmand de l’après, gourmand de découvrir de nouvelles saveurs que Jésus nous fait entrevoir chaque jours !

Alors la prochaine fois que vous prendrez une fourchette dans votre main, laissez-lui vous rappeler que le meilleur est à venir !!

 

Mot du jour